Mammographie

La mammographie est actuellement le moyen le plus efficace du dépistage précoce des cancers du sein car il permet même le dépistage des tumeurs asymptomatiques et non palpables manuellement.

Le diagnostic est exact dans 90 % des cas.

Pour réaliser cet examen, le manipulateur en électroradiologie médicale utilise un mammographe.

Cet appareil se compose d’un générateur de rayons X de faible énergie (entre 20 et 50 kV) et d’un système de compression du sein.

L’examen consiste à comprimer à tour de rôle les deux seins puis à les exposer à une faible dose de rayons X. La compression est obtenue par une pelote de compression spécialement conçue pour ce type d’exploration et réglée par un manipulateur pour qu’elle soit indolore ou parfaitement tolérée par la patiente. Cette compression permet l’étalement des tissus mammaires ce qui facilite la visualisation des structures du sein via une augmentation du contraste au niveau de l’image obtenue et permet de réduire la dose de rayons X délivrée. Plusieurs clichés sont alors réalisés.

La radiographie est réalisée sur des films argentiques ou sur des systèmes de radiologie digitale de haute qualité.

Après la mammographie, le radiologue analyse les clichés, interroge la patiente et réalise un examen clinique : il examine l’aspect de la peau et du mamelon. Il palpe les seins et recherche de ganglions anormaux. La mammographie ne permet pas toujours de donner d’emblée un diagnostic définitif : elle permet de voir s’il existe une anomalie dans le sein, mais elle ne permet pas de déterminer avec certitude s’il s’agit ou non d’un cancer.

D’autres examens complémentaires sont alors nécessaires pour établir le diagnostic :

  • Échographie mammaire, qui permet d’affirmer la nature de quelques structures mammaire comme les kystes mammaires et en cas de seins denses.
  • Prélèvement, permet après analyse de déterminer la présence de cellules cancéreuses.
  • IRM mammaire